Seul le son demeure

Seul le son demeure
Une performance laboratoire de théâtre sonore

Le 12 avril, 2011
1450 Guy (coin Maisonneuve), 7e étage, salle MB 7-425
Les portes s’ouvrent à 19h30 et ferment à 20h
Il n’y aura pas d'entrée pendant le spectacle
Veuillez réservez votre siège à: itisonlysound@gmail.com

*Entrée gratuite

Écrivaine et metteuse en scène: Shahrzad Arshadi
Réalisatrice: Caroline Kunzle
Ambiance sonore: Moe Clark

صدا ، صدا ، تنها صدا
صدای خواهش شفاف آب به جاری شدن
صدای ریزش نور ستاره بر جدار مادگی خاک
صدای انعقاد نطفه ی معنی
و بسط ذهن مشترک عشق
صدا ، صدا ، صدا ، تنها صداست که میماند

"Son, son, seulement le son,
le son des désirs limpides
de l’eau qui s’écoule,
le son de la chute de la lumière stellaire
sur le mur de la féminité terrestre
le son quand la signification commence
et l’expansion de l’esprit partagé de l’amour.
Son, son, son,
seul le son demeure………."

- Forugh Farrokhzad

“Seul le son demeure” est l’histoire de Shahrzad Arshadi qui prend contact avec une femme exceptionnelle, Ziba Kazemi, après sa mort tragique au mains des autorités iraniennes pendant l'été 2003.

Cette performance de théâtre sonore est un projet expérimental et innovateur utilisant les paroles, les archives sonores et la voix de Ziba Kazemi, elle-même, pour créer un performance sonore en direct. Ce projet, proposé par Shahrzad Arshadi, a été choisi pour la résidence artistique 2010-2011 du Groupe de travail Histoire orale et représentation artistique pour le projet Histoires de vie Montréal.

Le gens entrent dans une salle faiblement éclairée et s’assoient dans un espace confortable presque semblable à celui d’un salon, avec des coussins et des divans. On sert du thé. Les sons sont joués en douceur. Quand tout le monde est installé, les lumières s’éteignent. La pièce commence. Nous entendons une voix. C’est Ziba, la femme que nous aimons, ici avec nous. Cette voix est une invocation de son esprit existant au-delà de notre domaine visuel. Nous entendons les sons de conversations d’archives, comme celles de son fils de quatre ans, Stephan, parlées en français, parfois en farsi, pendant qu’elle prépare le dîner, elle lui enseigne certaines phrases, lui chante des airs folkloriques perses. Nous entendons un segment auditif de sa vie - des sons de dîner réception, des avions qui s’envolent, des extraits de sa musique préférée. Ces sons sont tissés, entrelacés avec ceux des acteurs exécutant tantôt en français, tantôt en anglais, tantôt en farsi, un script basé sur des extraits de ses lettres et journaux privés. Ces moments intimes d’une vie vécue, entendue par un auditoire, dans l’obscurité, permettront à tous les auditeurs, de découvrir et visualiser dans leurs esprits, une image de cette femme qui vit et qui respire. Leurs oreilles et leur imagination leur permettront d’entrer dans la sphère intime d’une femme dont la vie n’est devenue très publique qu’après sa mort. Ce spectacle est un document vivant.

HISTOIRES DE VIE MONTREAL
MONTREAL LIFE STORIES

ZIBA KAZEMI FOUNDATION
www.zibakazemi.org

Un grand merci à:
Stephan Kazemi pour avoir partager la mémoire et la vie de sa mère si généreusement avec moi.